You are currently viewing Puis-je utiliser l’Allaitement Maternel pour prévenir une Grossesse ?

Puis-je utiliser l’Allaitement Maternel pour prévenir une Grossesse ?

  • Post category:Allaitement / Grossesse
  • Temps de lecture :13 min de lecture

Comment puis-je utiliser l’allaitement maternel pour prévenir une grossesse ?

Si vous venez d’avoir un bébé, votre esprit déborde probablement d’une myriade de questions sur votre vie de nouvelle maman, qu’il s’agisse de savoir si votre bébé reçoit suffisamment de lait ou de savoir quand (ou si) vous parviendrez à retrouver une nuit de sommeil complète.

L’une des questions qui vient en tête de liste pour la plupart des mères allaitantes est de savoir si vous pouvez ou non tomber enceinte pendant l’allaitement. Une amie vous a peut-être dit que l’allaitement pouvait servir de moyen de contraception et même si ce n’est pas entièrement faux, ce n’est pas non plus toute l’histoire.

Mythe n° 1 – On ne peut pas compter sur l’allaitement pour prévenir une grossesse.

Mythe n° 2 – L’allaitement, quelle que soit sa durée, permet d’éviter une grossesse, quelle que soit la fréquence de l’allaitement ou le retour des règles de la mère.

Il a été démontré que l’allaitement maternel exclusif est une excellente forme de contraception, mais certains critères doivent être remplis pour que l’allaitement soit utilisé efficacement.

L’allaitement maternel exclusif (en soi) est efficace à 98-99,5 % pour prévenir la grossesse, à condition que toutes les conditions suivantes soient remplies :

1.           Votre bébé est âgé de moins de six mois

2.           Vos menstruations ne sont pas encore revenues

3.           Le bébé est allaité à la demande (de jour comme de nuit) et ne reçoit que du lait maternel ou des quantités symboliques d’autres aliments.

1) Chances de tomber enceinte pendant l’allaitement

S’il est parfaitement utilisé, l’allaitement comme moyen de contraception peut être efficace à 98 %. Cela signifie que vous ne donnez que du lait maternel à votre bébé, et seulement pendant les six premiers mois. Après cette période, les chances de tomber enceinte augmentent. Bien sûr, cela varie d’une femme à l’autre et, si pour certaines, la reprise de l’ovulation peut prendre plus de temps, une fois qu’elle a eu lieu, il y a un risque que vous tombiez enceinte.

Si l’on considère l’efficacité de la contraception, et si l’on prend les couples qui ont des rapports sexuels réguliers sans utiliser de protection, il y a 85 % de chances qu’ils tombent enceintes dans l’année qui suit. Là encore, si vous allaitez exclusivement, l’ovulation sera probablement interrompue pendant les premiers mois suivant l’accouchement et vous pourrez compter sur l’allaitement comme moyen de contraception pendant cette période.

Si vous utilisez les Cycles naturels, nous vous recommandons de recommencer à mesurer vos mensurations après cinq mois d’allaitement. Si vous utilisez une autre méthode de contraception, c’est également le moment de reprendre cette méthode pour minimiser les risques de grossesse.

2) Symptômes de grossesse pendant l’allaitement

Les symptômes d’une grossesse précoce peuvent être difficiles à détecter dans le meilleur des cas, mais si vous vous occupez d’un petit enfant et que vous avez des cycles irréguliers, il peut être encore plus difficile de détecter une grossesse. Cependant, certains symptômes d’une grossesse pendant l’allaitement sont les suivants :

– Règles manquées ou tardives

– Fatigue

– des nausées

– seins douloureux.

Les symptômes du début de la grossesse sont également très similaires à ceux du syndrome prémenstruel, ce qui peut être un peu déroutant, surtout si vous avez eu des cycles irréguliers après l’accouchement. En cas de doute, faites un test de grossesse et consultez votre médecin si vous avez encore des doutes.

3) L’allaitement peut-il interférer avec votre grossesse si vous tombez enceinte ?

On considère généralement qu’il n’y a pas de danger à continuer à allaiter une fois que vous êtes enceinte. Cependant, certaines femmes peuvent avoir des crampes dues à la libération de petites quantités d’ocytocine (la même hormone qui provoque les contractions) pendant l’allaitement. Le problème est que, dans de rares cas, cela peut provoquer un travail prématuré.

Bien que cela soit peu probable, si vous êtes enceinte et que vous allaitez, vous devez prévenir votre gynécologue si vous commencez à avoir des contractions régulières et/ou de plus en plus douloureuses, afin d’exclure toute interférence avec votre grossesse. La considération la plus importante à prendre en compte lors de l’allaitement pendant la grossesse est d’obtenir suffisamment de calories pour soutenir à la fois la croissance du fœtus et le développement de l’enfant.

Bien que vous puissiez certainement utiliser l’allaitement à votre avantage si vous essayez d’éviter une autre grossesse aussi rapidement, ce n’est pas une méthode infaillible, il est donc important d’être prudente.

Il est également important de noter que les médecins conseillent aux femmes d’attendre une année complète, et idéalement 18 mois, avant de retomber enceintes, car c’est l’option la plus sûre et la plus saine pour elles et leurs futures grossesses. Tomber enceinte plus tôt que cela, surtout dans les six mois suivant la naissance de votre précédent bébé, peut augmenter le risque de complications lors de la nouvelle grossesse.

4) Dois-je être sevrée pour tomber enceinte ?

Probablement pas. Si vous êtes encore en transition vers une fertilité complète (comme indiqué ci-dessus), l’allaitement peut affecter le succès de l’implantation. Une fois que l’implantation est réussie, l’allaitement ne devrait pas affecter une grossesse saine. Si vos règles sont revenues et se sont installées dans un schéma régulier, il est probable que l’allaitement n’affecte plus votre fertilité.

De nombreuses mères peuvent concevoir sans modifier délibérément les habitudes d’allaitement de leur enfant. Il n’y a pas de seuil « magique » d’allaitement qui vous permettra de concevoir – chaque mère est différente. Certaines mamans ont besoin d’allonger la fréquence des tétées et/ou de raccourcir les séances d’allaitement pour faciliter la conception – les bébés font naturellement cela eux-mêmes en vieillissant, l’une de vos options est donc simplement d’attendre un peu.

Les changements plus brusques ont tendance à faire revenir la fertilité plus rapidement (par exemple, en supprimant brusquement une séance d’allaitement, plutôt qu’en diminuant progressivement le temps d’allaitement à cette séance) – même si vous continuez à allaiter beaucoup – c’est pourquoi de nombreuses mères constatent le retour de la fertilité lorsque leur enfant fait ses nuits ou commence à manger des aliments solides. Si vous décidez de modifier votre rythme d’allaitement, le moment de la journée où vous le faites (par exemple, en supprimant ou en raccourcissant une séance d’allaitement de nuit par rapport à une séance d’allaitement de jour) ne devrait pas faire une grande différence. Les recherches actuelles indiquent que la fréquence des tétées et le temps total passé au sein par 24 heures sont les facteurs les plus importants, plutôt que le moment de la journée où la tétée a lieu.

5) Question réponse :

A. Pouvez-vous tomber enceinte si vous allaitez et n’avez pas encore eu vos règles ?

Étant donné que l’ovulation précède les menstruations dans votre cycle mensuel, l’absence de Tante Flo n’élimine pas la possibilité que vous puissiez ovuler à un moment donné. En fait, il est plus fréquent que vous ayez vos règles environ deux semaines après l’ovulation. En d’autres termes, si vous attendez d’avoir vos règles pour commencer à utiliser d’autres formes de contraception, il sera peut-être trop tard pour prévenir une grossesse si c’est ce que vous essayez de faire.

B. Pourquoi les gens considèrent-ils l’allaitement comme un moyen de contraception ?

L’allaitement exclusif, qui consiste à donner le sein au moins toutes les quatre heures pendant la journée et au moins toutes les six heures la nuit, pendant les six premiers mois du post-partum et avant le retour des règles, est appelé Aménorrhée lactationnelle (AML). Elle est considérée comme une forme efficace de contraception tant que tous les critères sont remplis.

L’allaitement en dehors de ces critères, en particulier lorsque la mère prend du lait maternisé ou des aliments solides et que ses règles ne sont pas encore revenues, n’offre pas la même protection contraceptive. Pour cette raison, votre gynécologue vous suggérera probablement de commencer un autre type de contraception si vous n’essayez pas activement de tomber enceinte.

Si vous ne voulez pas tomber enceinte à nouveau, il est en fait judicieux de demander à votre gynécologue de commencer une autre forme de contraception peu après l’accouchement, même si vous allaitez. Plusieurs formes de contraception n’ont aucun impact sur l’allaitement.

C. Est-ce que j’ovule pendant l’allaitement ?

Il est extrêmement improbable que vous ovuliez au cours des premières semaines suivant l’accouchement, et si vous ne donnez que du lait maternel à votre bébé, l’ovulation risque d’être encore retardée. Bien entendu, si vous n’ovulez pas, vous ne pouvez pas tomber enceinte. Cependant, comme les signes de l’ovulation sont extrêmement subtils, vous ne serez probablement pas en mesure de savoir quand elle aura lieu et de vous y préparer.

Vous devriez avoir l’occasion d’obtenir des conseils en matière de contraception avec votre médecin, avant et après la naissance de votre bébé. C’est le moment d’examiner vos options de contraception et de poser des questions, car vous pourriez vouloir essayer une méthode différente de celle que vous utilisiez auparavant.

6) Contraception et allaitement

Vous pouvez utiliser des contraceptifs hormonaux et non hormonaux pendant l’allaitement. Cependant, pendant les trois premières semaines suivant l’accouchement, vous devez éviter les contraceptifs contenant l’hormone œstrogène. Il se peut que vous souhaitiez essayer une méthode de contraception non hormonale après la grossesse ou si la pilule a toujours fonctionné pour vous, vous pouvez à nouveau prendre la plaquette. Dans tous les cas, c’est le moment de discuter des méthodes disponibles avec un professionnel de la santé.

7) Allaiter en essayant de concevoir un enfant

Si vous ne voulez pas abandonner l’allaitement, mais que vous êtes impatiente de commencer à essayer de concevoir un autre enfant, vous pouvez essayer. Si vous ne réussissez pas, vous pouvez réduire l’allaitement et sevrer partiellement l’enfant que vous allaitez.

Allaiter moins souvent, par exemple seulement le matin et au coucher, peut suffire à provoquer le retour de vos règles. Ce compromis vous permet également de poursuivre la relation d’allaitement particulière que vous avez avec votre enfant.

Lorsque vous arrêtez complètement l’allaitement, les règles peuvent revenir dans un délai de quatre à huit semaines. Cependant, même après un sevrage complet, certaines femmes n’ont pas de règles pendant des mois, voire plus.

8) Quand consulter le médecin

Si vous êtes plus âgée et plus désireuse de retomber enceinte tout de suite, vous devriez en parler à votre médecin. Vous devriez également consulter votre médecin si vous avez eu des difficultés à tomber enceinte de l’enfant que vous allaitez actuellement, ou si vous pensez avoir besoin de recourir à des traitements de fertilité pour tomber à nouveau enceinte.

Laisser un commentaire